Diana Vreeland

Je dis souvent que je n’aime pas la mode. Je lis ELLE et d’autres magazines, j’aime découvrir les nouvelles collections en boutique et observer le style des parisien(ne)s, mais je m’habille tout le temps pareil. Je ne pense pas vouloir travailler dans le milieu de la mode, et puis il parait que c’est un milieu plutôt féroce… Pourtant, au semestre dernier, une de mes matières préférées était l’histoire de la mode, enseignée par un prof passionné hyper énergique. Plus que les matières, les coupes et les tombés que je laisse aux futurs stylistes, j’ai adoré comprendre l’évolution du vêtement, son rôle dans la société ainsi que sa représentation sociale. J’aime aussi comprendre l’histoire des créateurs de mode qui ont façonné cette évolution vestimentaire. D’ailleurs, Arte fait de très beaux reportages, et après en avoir vu un sur Yves Saint Laurent et sur Diana Vreeland, je peux dire que mon oeil a véritablement changé. 007.jpg

Diana Vreeland

Cette après-midi j’ai regardé le reportage sur Diana Vreeland. Une femme d’exception, avant-gardiste qui a révolutionné le monde de la mode et la façon dont nous la percevons aujourd’hui, passionnés de mode ou non. Femme née à la belle époque (qui me semblait si lointaine, alors qu’en fait c’était il y a « à peine » un siècle), cette femme était considérée comme le vilain petit canard par sa maman (plutôt cliché je sais). Elevée à Paris puis aux Etats-Unis dès l’âge de dix ans, l’école n’a jamais été son fort, la danse russe étant sa véritable passion. Très rapidement, elle comprend qu’une vie doit être choisie, et décide de devenir une personne hors du commun. Elle passera outre son physique peu conventionnel, qui deviendra un avantage car on dira que personne ne lui ressemble, et s’imposera comme une papesse de la mode. Et oui, il n’y a pas seulement Anna Wintour qui soit connue et reconnue.

30296_2

Miranda Priestly et Andrea Sachs…

Le diable s’habille en prada, une de mes comédies préférées (non je n’aime pas trop la mode…) est inspirée de Diana et pas seulement d’Anna. Dans le documentaire Arte, Ali McGraw (l’héroïne de Love Story) décrit une scène dans laquelle Diana lui lance son manteau, qu’elle lui renvoie par réflexe, à la manière d’une joueuse de volley. Diana lui dira qu’elle n’a jamais vue une fille aussi mal élevée… Vous avez dit inspiré d’Anna le diable s’habille en Prada ?

Mais si on remonte de quelques années, le film Drôle de Frimousse avec la belle Audrey Hepburn est véritablement inspiré de Vreeland, donc à la limite on peut laisser le diable à Anna, comme ça pas de jalouse. Il faut que je regarde ce film, ça me changera de Diamants sur Canapé, un autre de mes films préférés avec Audrey Hepburn. Moon river, wider than a mile…

funny-face-thompson-400x232

Drôle de Frimousse

Connue pour son rôle de rédactrice en chef du Harper’s Bazaar puis du Vogue USA, ce qu’on ne sait pas c’est que cette femme a changé les codes des magazines de mode, et a lancé les expositions et rétrospectives sur la mode. Elle est sans cesse à la recherche de physiques différents, et lancera la carrière de bien des stars. Lauren Bacall est appelé par Hollywood suite à sa couverture avec Harper’s Bazaar, et la petite anglaise Twiggy, représentante du Swinging London collaborera de nombreuses fois avec Diana pour des séries de mode. Lauren_Bacall1

Lauren Bacall, parfaite sous tous les angles d’après Vreeland

Diana menait son équipe d’une main de fer, et savait ce qu’elle aimait. Perfectionniste, tous les détails des photoshoots étaient soignés. Les beauté atypiques lui plaisaient, elle souhaitait voir l’ « aspérité » d’un visage accentué et mis en valeur. Des dents du bonheur apparaissaient, un grand nez était photographié de profil etc.

??????????????????????????????????????

Une couverture avec Twiggy par Diana

Lorsqu’elle est remerciée du Vogue, qui souhaite prendre une tournure différente, elle est engagée par le Metropolitan Museum of Arts de NY pour s’occuper de leurs collections de vêtements. Dès lors débuteront des rétrospectives, et des fêtes grandioses pour célébrer le vernissages de chacune de ces expositions seront données. Elevée par des parents amateurs de grande fêtes dont les invités comptaient de nombreux artistes, Diana gardera ce goût des soirées tout au long de sa vie. Je ne sais pas si vous aimez aller à des expositions, en particulier à des rétrospectives de créateurs ou de joailliers, mais si c’est le cas, sachez que c’est à Diana qu’on le doit. Que ce soit sur des thèmes, une époque, ou même sur le travail d’un créateur vivant (Yves Saint Laurent), elle s’amuse à donner vie à des mannequins, à les peindre, à travailler toute la décoration des salles d’exposition, voire même à diffuser du parfum par les ventilations.

diana_vreeland

Diana, qui aime poser parmi les mannequins

Cette femme qui n’aimait pas se lever le matin, n’organisait pas réunions de travail. En revanche, elle envoyait des fax à longueur de journée à son staff, et certains diront qu’elle est à l’origine des blogs, car ses instructions relevait plus de petits récits courts que de simples ordres. La beauté était partout dans la vie de Diana, qui souhaitait que l’oeil voyage.

Diana_Vreeland_2382887b

Ici, dans son salon rouge, qu’elle appelait Le Jardin des Enfers.

Diana Vreeland, une femme excentrique, qui a marqué la vie new-yorkaise de son époque ainsi que la mode. Très proche de nombreux personnalités, dont Coco Chanel, Yves Saint Laurent, les beatles ou Mick Jagger, elle les fera poser dans ses magazines, alors qu’ils étaient parfois méconnus du grand public. Une femme au flair pour la nouveauté qui aimait raconter des histoires. Entre les facts et la fiction elle dit aimer la faiction. Embellir la réalité, un joli métier que Diana Vreeland a su exercer avec excellence, de 1903 à 1989.

Et vous, connaissez vous Diana Vreeland ?

Aimez vous les reportages Arte ? Ceux sur les lions me plaisent bien aussi, mais c’est une autre histoire pour un autre jour…

Publicités

6 réflexions sur “Diana Vreeland

  1. Joli article Victoria ! Je la connaissais assez mal, surtout de nom en fait, et tu m’as donné envie d’aller en découvrir encore plus sur elle !
    En passant, j’adore Audrey Hepburn… As-tu déjà vu My Fair Lady ? J’avais beaucoup aimé ce film quand je l’avais vu il y a quelques années, et j’ai très envie de le revoir.
    Je regarde peu la télé mais les reportages Arte que j’ai pu voir étaient très intéressants.
    Bises,
    Sarah

    J'aime

    • Hello Sarah. Merci 🙂
      Oui c’est vraiment une femme que j’ai envie d’étudier depuis ce reportage.
      Je ne crois pas avoir vu My Fair Lady en entier, mais j’avais étudié Pygmalion en anglais au lycée l’histoire est pas mal. Je l’ajoute donc à ma liste de films à regarder !
      En fait je n’ai pas la télé, mais les reportages arte sont toujours bien et on peut les regarder sur leur site internet donc c’est pratique.
      Bonne soirée

      J'aime

  2. C’est drôle hier soir sur Netflix j’ai regardé un reportage qui parlait de la rivalité entre Chanel et Schiaparelli c’était passionant! J’adore l’histoire de la mode et Diana Vreeland était vraiment une femme exceptionnelle!

    J'aime

    • Oui, l’histoire de la mode est passionante et j’aime beaucoup comprendre les différences et rivalités entre les différents acteurs de ce métier. Sur ma to read list il y a Beautiful People, un récit sur la rivalité entre Karl Lagerfeld et Yves Saint Laurent. Qui a piqué l’amant de qui etc… 🙂 Je ne sais pas si tu connais ce livre, mais ça pourrait peut être t’intéresser. Ton blog est très joli au passage. Bonne soirée.

      Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s