La panthère de Cartier

91b9qHh06aLQuoi de mieux qu’un bon livre pour s’évader, pour oublier les horreurs, les malheurs, petits ou grands du quotidien ? La liberté d’expression, d’imagination et de partage nous sont offertes à travers les bouquins depuis bien plus longtemps que les écrans et parfois ça fait du bien de prendre le temps, justement, de lire un bon roman.

C’est une biographie, plus qu’un roman, que je vous propose de découvrir aujourd’hui, mais c’est si bien conté, que l’on ne voit pas le temps passer. La Panthère de Stéphanie des Horts m’avait été conseillé à mes débuts en joaillerie, après l’avoir lu et tant aimé, je l’ai prêté à plusieurs personnes. L’histoire de la maison Cartier y est décrite à travers la vie d’une femme, Jeanne Toussaint, d’abord cocotte, avant de grimper l’échelle sociale et de devenir amante de Louis Cartier, fils du joaillier fondateur.

Sa finesse, son caractère et sa détermination lui valurent le surnom de panthère, et c’est grâce à ses dessins et ses créations qu’aujourd’hui, le félin est un emblème de la maison Cartier. Mademoiselle Toussaint eut un rôle important dans le style de la maison pour laquelle elle créa de nombreuses pièces de joaillerie et de nos jours, les modèles sont toujours empreints de son influence.

Outre la vie de cette femme, c’est le quotidien au 13 rue de la Paix qui est expliquée, depuis les débuts, jusqu’au décès de Louis Cartier, en passant par l’ouverture des boutiques londonienne et new-yorkaise. Trois frères, trois boutiques, de nombreuses têtes couronnées et beaucoup de pierres précieuses furent à l’origine du succès du « Joaillier des rois ».

A travers les soirées et les aventures de Jeanne, c’est aussi l’âge d’or de Paris qui est illustré. Un temps révolu, qui aura été merveilleux pour la joaillerie. A cette époque, pas d’ordinateurs, les bijoux étaient dessinés à la main, puis prenaient vie, coloriés à la gouache sur du papier gris. Les artisans s’appuyaient ensuite sur ces gouachés pour réaliser les pièces en métal où seraient serties les plus belles pierres…

J’avais été déçue lors de l’exposition Cartier au Grand Palais l’année dernière, de ne voir Jeanne Toussaint abordée que très rapidement en toute fin d’exposition. Avec les nouveautés et le style qu’elle a apporté à ce joaillier tout au long de sa vie, j’aurai pensé qu’on lui accorderait plus d’importance.

Le but de l’exposition était de retracer l’histoire et de montrer les plus belles pièces de joaillerie, certes, mais ce sont les personnes qui rendent un marque de luxe humaine et qui donne envie de comprendre son cheminement à travers le temps je trouve. Plus d’importance a été accordée aux clients célèbres de la maison, qu’aux personnes qui ont fait de cette petite boutique la grande maison qu’elle est devenue aujourd’hui; sans clients une entreprise ne peut pas perdurer dans le temps, mais sans « patte » personne ne vient acheter non plus… Drôle d’équilibre à trouver lorsque l’on fait une rétrospective. L’exposition n’en était pas moins sublime, et j’espère voir d’autres joailliers exposer leurs pièces uniques au grand public à nouveau.

Quoi qu’il en soit ce livre plutôt court se lit très bien et assez vite. Si vous avez un peu de temps entre révisions, partiels, ou tout simplement pas envie de mettre le nez dehors en ce moment, je vous le conseille vivement.

Et vous, que lisez vous en ce moment ?

Jeanne-ToussaintJeanne Toussaint, photo provenant des Archives Cartier.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s