Horst

*  C’est un véritable flash back friday que je fais aujourd’hui. On rembobine jusqu’à mon voyage à Londres pour le weekend de la Toussaint, où j’ai découvert un photographe que je ne connaissais pas. *

Le vendredi soir au Victoria & Albert Museum, c’est nocturne jusqu’à 22h. J’en ai donc profité pour aller à l’exposition sur le photographe allemand Horst p. Horst. Cet homme a sublimé les femmes à travers ses clichés tout au long de sa carrière.

IMG_3488

Né en 1906, cet allemand s’installe à Paris où il devient l’élève de Le Corbusier. On lui conseille de se lancer dans la photographie et en 1931 il réalise ses premiers clichés pour le Vogue français, puis pour le Vogue américain en 1932.

IMG_3485

La dramatisation, les jeux d’ombres et de lumières très caractéristiques de ses photos sont déjà présents à ses débuts. Influencé par les sculptures grecques, on retrouve des poses théâtrales et des colonnes grecques dans les photographies présentées au début de l’exposition, d’ailleurs les tissus sont souvent drapés sur les mannequins, rappelant des toges.

IMG_3495

Ce qui m’a marquée dans ses oeuvres en noir et blanc est sa capacité à utiliser les lumières pour attirer l’oeil sur le visage du sujet. A l’époque prendre une photo prenait bien plus de temps qu’avec tous les appareils numériques actuels, et photoshop n’existaitpas. C’est à la main qu’on effectuait les retouches directement sur les tirages. Horst aimait d’ailleurs écrire directement sur un premier tirage les retouches qu’il voulait voir effectuées. Cils, cheveux, sourcils, bouche tout pouvait y passer, mais au final, ayant vu un avant/après lors de cette exposition les retouches étaient minimes et la force de la photo tenait dans les préparatifs minutieux de Mr Horst. De nombreux croquis étaient réalisés avant de prendre la photo et une fois au studio, il lui fallait des heures pour faire ses réglages.

Horst aimait utiliser des objets ou des lieux qui permettent un rappel géométrique, par exemple avec une harpe, un miroir ou des objets dont la forme pouvait contraster ou rappeler la position du mannequin. Le triangle revient d’ailleurs très souvent dans la mise en forme de ses photos.

IMG_3493

Carmen Dell’Orefice, un de ses sujets, dit de lui :

« Horst comprenait comment la lumière tombait sur les objets. Il me voyait comme une sculpture vivante qui devait être projetée à travers ses photographies. »

Ce photographe proposait une image de la femme sensuelle et élégante, parfois dénudée, mais jamais vulgaire.

Lors de différents voyages, Horst commence à prendre des photos de paysage, d’animaux et d’étrangers, tout en gardant son goût pour la géométrie et le noir et blanc.

Lorsque la guerre éclate, il fuit la France pour se réfugier aux Etat-Unis. Horst travaillera chez Vogue Studio jusqu’à sa fermeture en 1951, et verra ses clichés publiés en couverture du Vogue de très nombreuses fois. Il ouvre ensuite son propre studio et tout en continuant à travailler pour Vogue, réalisera de nombreuses séries de photos d’intérieur chez de célèbres personnes pour la revue House & Garden.

IMG_3492

J’ai préféré les oeuvres extraites du début de sa carrière, où l’on sent un véritable travail de recherche. Les photos de mode actuelles me semblent souvent froides et distantes, mon oeil ne s’attardant pas sur certains détails comme dans les clichés de Horst.

Avec l’absence de logiciel de retouche, on est ici confronté à une beauté crue, vraie, qui est celle choisie par Horst. Aujourd’hui, les égéries semblent plutôt choisies pour séduire le plus grand nombre et faire augmenter les ventes des maisons. Hyper retouchées, les photos sur papier glacé n’ont plus d’âme véritable. On est touché par une apparence, belle, mais néanmoins superficielle.

Cette exposition m’a beaucoup plus car je trouve toujours intéressant de comprendre le cheminement d’un artiste au cours de sa carrière. Il y a quelques années je m’étais rendue au Grand Palais pour voir l’exposition sur Picasso et les grands maîtres, et voir les premiers dessins du jeune Picasso ainsi que certains chefs d’oeuvres qui l’ont influencé est une grande chance. Il faudrait d’ailleurs que j’aille faire un tour au musée Picasso qui a réouvert à Paris. L’exposition sur le Pérugin, maître de Raphael me tente bien aussi…

Les vacances de Noël vont être une bonne période pour me cultiver, entre deux courses de cadeaux et deux tasses de thé.

IMG_3489

Photos extraites du livre Horst p. Horst ou prises de cartes postales achetées au V&A Museum shop.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s